Dans le magazine, d'autres pages sur le Keukenhof, Amsterdam et la Hollande vous attendent.
Consultez également nos autres reportages sur les destinations les plus diverses.

Pour tout renseignement complémentaire sur le parc, cliquez sur le bandeau ci-dessous.

Au XVème siècle, la Comtesse Jacomine de Bavière, née en 1401, aimait à se promener dans son jardin potager. Il va sans dire que ce « potager » n’a qu’un lointain rapport avec eux qui ornent nos villages et nos cités. On venait là pour y chasser et recueillir des plantes aromatiques destinées à la cuisine du château. Jacomine était une personne peu ordinaire, qui décéda de la tuberculose à l’âge de 35 ans, eut néanmoins le temps de se marier 4 fois, fit quelques années de prison, séjourna en Angleterre, et consacra une grande partie de son temps à faire la guerre, notamment à l’un de ses ex-époux.
Vers 1850, le paysagiste Zocher, de Haarlem, créateur du Vondelpark d’Amsterdam, dessina le jardin original, à la base du parc actuel. Un siècle plus tard, en 1949, le bourgmestre de Lisse, la ville voisine, à la tête d’un groupe de cultivateurs et d’exportateurs de bulbes développa l’idée d’une exposition, florilège de leur savoir-faire.
Chaque année désormais, ce sont plus de 7 millions de bulbes sont donc plantés au Keukenhof (le jardin potager du château), sur 32 hectares. Parmi ces bulbes, 600 sortes de tulipes flamboient et créent, au milieu des jacinthes, narcisses et autres merveilles, un véritable enchantement de couleurs et de formes, certaines totalement inattendues.
Ceux qui sont allergiques au pollen, ou n’aiment pas les fleurs, passez votre chemin.

Dans les quelques 15 km d’allées du Parc, au milieu des hêtres âgés de plus de 160 ans, des fontaines, des ponts et des sculptures, c’est un émerveillement continu, un régal pour les yeux et le nez. Ce site unique n’est ouvert que 2 mois par ans, au moment où les bulbes donnent leur plénitude. C’est dire qu’il faut être au rendez-vous ! Cette année, en 2012, pour la 63 ème édition, les fleurs vous attendront du 22 mars au 20 mai. Faites passer…
Si d’aventure vous venez en voiture, prévoyez une bonne heure et demi pour parcourir la grosse trentaine de kilomètres qui sépare le Keukenhof d’Amsterdam. Vous n’êtes pas tous seuls à aimer les fleurs, aux Pays Bas. Sans compter avec les flots ininterrompus de touristes japonais pour qui l’Art floral est une institution…
Trois entrées pour rejoindre le parc, mais d’où que l’on arrive, on est tout de suite saisi par les parfums des jacinthes qui parsèment les allées. On est accueilli par des dames portant le costume de la comtesse Jacomine, qui distribuent plans et guides.


De grandes et de petites pièces d’eau, ainsi qu’un petit canal (nous sommes en Hollande) irriguent cet endroit de rêve. En fait, le Keukenhof propose plusieurs sortes de jardins pour amateurs de tous horizons : à la française, vers le pavillon Orange Nassau, japonais dans le fond du parc, vers le moulin de Groningen reconstruit de 1892, à l’anglaise pas très loin du pavillon de la Reine Juliana, jardin naturel, jardin historique, etc…

Partout, l’appareil photo règne en maître. Amateurs et professionnels se disputent gros plans et photos de famille. Les enfants s’ébattent joyeusement au milieu des allées, et profitent même d’un terrain de jeux qui leur est réservé. Outre les cygnes, canards et poules d’eau qui occupent les eaux, des animaux de tous poils et plumes permettent aux petits (et grands) de s’instruire et de découvrir des espèces rares.
Au détour des pelouses, des expositions de sculptures, la plupart très réjouissantes, attirent l’œil.
A l’intérieur du pavillon du Prince Willem Alexandre des milliers de tulipes extraordinaires, azalées, jacinthes, rhododendrons, lys et amaryllis… Au pavillon de la Reine Beatrix, orchidées mystérieuses et envoûtantes…
Les jeunes filles en fleur prennent la pose, les gamins collent leur nez dans les corolles, et les amoureux échangent des serments éternels. Il faut dire que l’endroit est propice aux souvenirs et aux songes colorés. Dans un coin du parc, un carillon égrène les quarts d’heures. Les dames affichent des sourires ravis, et les hommes ont les yeux émerveillés.

Il est difficile de décrire une vision si enchanteresse. Les fleurs sont flamboyantes, suaves, vives, pastels, simples, biscornues, chatoyantes, discrètes. Plus qu’un long discours, les clichés qui accompagnent cette présentation vous feront mieux ressentir le bonheur du tableau. Fermez les yeux, cela sent bon…
Vous pourrez vous aussi vous perdre quelques heures dans ce délice printanier l’année prochaine, si le cœur vous en dit. Car d’ici là, le parc restera fermé. Le temps de préparer la plus grande fête florale du monde, dont personne ne ressort complètement le même.

Un grand merci à Thalys et Fuji qui nous ont permis de vous rapporter ces rêves en pétales.
--------------------------
Memento pratique :
Keukenhof est accessible par train par la gare de Leiden, ensuite une navette de bus vous emmène à l’entrée du parc. En voiture, au sortir d’Amsterdam, prendre direction Den Haag par la A4, puis suivre la direction « Lisse ». Depuis Den Haag, prendre la A4 direction Amsterdam et sortir à « Lisse ». La direction du parc est flèchée.
Le parc est d’accès facile pour les personnes à mobilité réduite. Des fauteuils roulants ainsi que des poussettes pour enfant sont à votre disposition gratuitement (réservez à l’avance par téléphone).
Vous pouvez aussi vous reposer très agréablement dans les restaurants et sur les terrasses.

Texte & photos :
© JF Macaigne
[Accueil][Sommaire][Reportages][Caraïbes][Europe][Méditérannée][Océan Indien][Plan du site]