Train ou avion ? A chaque fois que l'on va à Venise, la question se pose. il faut tout de même savoir, qu'outre une nuit en wagon lit (un plaisir rare) et un service sans commune mesure avec ce qui existe sur un low cost, le train Artesia vous dépose au pied de la gondole ou du vaporetto à un peu plus de neuf heures du matin… Cela fait réfléchir.

Cliquez sur les vignettes pour agrandir les photos et voir le reste du diaporama…

Qui n’a pas rêvé une fois dans sa vie le voyage vers Venise à bord de l’un de ces grands trains qui franchissent la nuit au son lancinant des essieux qui cadencent les kilomètres avalés ? Soyons fous. Enfin, un peu. Et surtout raisonnables. Artesia, fruit des amours entre la SNCF et Trenitalia, nous permet de réaliser un vieux fantasme : monter dans un train à Paris, s’enfoncer dans la nuit, et se réveiller au matin lorsque la voiture ralentit et que la lagune de Venise apparaît à la fenêtre. Pour des prix à la portée de nos bourses modestes.
On embarque à Paris, gare de Paris-Bercy, à une station de métro de la gare de Lyon, ou encore à Dijon ou à Dole, au cœur du Jura.
Artesia ressemble à tous les autres trains, mais quelques détails tirent l’œil : les wagons bleus nuit barrés de vert, couleur des eaux de la lagune, les  accompagnateurs à képi galonné d’or, sur le quai, qui vous renseignent sur l’emplacement de votre place et vous aident avec vos bagages, et aussi une inscription en grosses capitales blanches au bas du flanc des wagons : Treno notte – train de nuit. Le rêve commence. Les yeux s’éclairent.

Le compartiment, pour deux (il peut accueillir trois personnes), plaqué bois et moquetté épais, participe à l’excitation du départ : les trois fauteuils king size de velours vert sombre invitent au bien-être, et l’on se prend à explorer les petits placards, l’armoire de toilette et ses petits cadeaux, ou à ouvrir le lavabo à l’ancienne en porcelaine blanche. Ceux qui auront le droit aux nouveaux wagons, en service depuis 2006, trouveront une ambiance plus moderne, moins désuète, mais tout autant pourvue de tous ces petits plus qui délivrent un confort sur mesure : liseuses individuelles, petit rangement pour les lunettes, et compartiment pour ranger les chaussures. C’est à des petits détails comme ça que l’on entre de plain-pied dans le règne de l’élégance.
A peine installés, une hôtesse vient se renseigner sur votre présence future au wagon restaurant et l’on confie les passeports à l’accompagnateur qui les fera viser à votre place aux différentes douanes traversées (Suisse et Italie).
Il ne reste plus qu’à jouir de l’instant, à se laisser bercer par le rythme des wagons sur les voies, et, la nuit, douillettement couché dans son lit, à se laisser aller à cette nostalgie des trains d’autrefois, quand le mot voyage avait encore un sens. Du coin du doigt, on écarte juste un peu le rideau pour découvrir le nom de la ville où le train fait halte. On scrute le quai gris éclairé par des lumières blafardes, sur lequel des inconnus se dépêchent et s’agitent en tout sens. Une bande musicale incertaine qu’on entend au loin, comme issue d’un transistor qui n’existe plus depuis longtemps, se réverbère entre des murs sales. Sans un bruit, doucement sur les rails le train s’ébranle et quitte les fantômes. Les lumières s’espacent, filent de chaque côté du wagon et disparaissent, avalées par la nuit.
C’est un plaisir délicieux et rare que de se faire réveiller au petit matin par le sourire de l’accompagnateur, le café fumant et les croissants sur un plateau, lorsque les ifs et les toits plats des paysages de la plaine du Pô défilent derrière la vitre. Un dernier arrêt à Mestre – on ne néglige pas les hommes d'affaires -  et quelques minutes plus tard, les valises roulent vers la sortie de la gare Santa Lucia.
Face à vous, en bas des escaliers, le Grand Canal et le vaporetto. Sur un lampadaire, le lion de Saint-Marc. Pas de doute, vous y êtes.
Artesia. Un autre mythe est né.

Réservez et commandez sur le site Artesia

Retour à la page précédente
Sommaire
 
[Accueil][Sommaire][Reportages][Caraïbes][Europe][Méditérannée][Océan Indien][Plan du site]