Exoti.com (Accueil)
sp sp sp sp sp sp sp
Reportages Sommaire Reservez News Coups_de_cœur contact sp

Le Canal du Midi côté Camargue
JF Macaigne


Toutes les vignettes de la page donnent accès au diaporama de ce reportage

Marseillan - l’étang de Thau
La dernière partie du trajet sur le canal après Agde est encore un vrai plaisir. Un petit bout d’Hérault à la sortie d’Agde, puis on pénètre sur le premier des deux derniers biefs du canal. Les platanes continuent leur accompagnement, puis le paysage change aux abords de l’étang du Bagnas. L’impression est étrange : de chaque côté, de l’eau. Un peu comme si l’on était sur un canal qui traverserait la mer. On arrive aux Onglous où les voiliers sont légion à gauche et à droite. Surtout, ralentir ! Un voilier a encore plus tendance qu’une pénichette à danser naturellement, et peut-être y a t-il des personnes à l’intérieur qui dorment ou font la cuisine… Alors, on traverse au pas ces derniers mètres, on laisse le phare rouge et blanc sur la droite, et on oblique vers bâbord et le port de Marseillan.
En quelques minutes on se retrouve au milieu d’une palette multicolore de reflets sur l’eau calme du bassin. C’est beau comme un tableau, on se croirait à la mer, et la capitainerie dans sa petite tour carrée joue la vigie. Allez-y sans perdre de temps, vous récupérerez les clefs des douches, toute l’information nécessaire à la ville et à l’étang, ainsi qu’un code pour le wifi si vous avez un ordinateur à bord. Avec le sourire du capitaine qui plus est.

Marseillan possède tout le charme que l’on attend des petites villes du sud. Une certaine langueur, des murs clairs, des rideaux de perles colorées aux portes des maisons, une jolie statue de la République (la plus vieille de France (1878) œuvre du sculpteur Taillefer et décidée par un maire Carbonari), et l’accueil amical des habitants. Sur le port, les restaurants et les huîtres vous attendent pour une soirée romantique, et la nuit, la lune baigne d’une lueur blanche les bateaux endormis.
L’étang de Thau est une petite mer intérieure. Dans l’eau salée, c’est le lieu d’observation idéal d’une faune étonnante, comme l’hippocampe, le lièvre de mer et la blennie paon. C’est également un bon endroit pour s’ensabler… lorsqu’on ne fait pas attention. Les fonds sont en moyenne autour de 5m, mais peuvent remonter pas mal, notamment du côté de la digue et des salins. En règle générale, il vaut mieux ne pas trop approcher du côté méditerranée, surtout lorsque le vent se lève et qu’il risque de vous drosser dans ces coins-là. Le dépannage coûte assez cher… L’étang de Thau peut avoir quelques colères et devenir spectaculaire. Mieux vaut à ce moment là attendre que ça passe.
Il faut environ une bonne heure et demi pour rallier Sète. L’impression d’être en mer est réelle. On longe les parcs à huîtres (pas trop près) en respectant la carte, jusqu’à une grosse balise jaune et noire après laquelle il faut tourner à droite. Une paire de jumelles n’est pas de trop. L’entrée du port est en face, avec ses deux énormes ponts levants. Le spectacle de l’ouverture est surtout à ne pas manquer. Il faut s’amarrer sur la gauche, sur le quai de la Pointe Courte, et soit attendre la levée des ponts pour aller au port de tourisme, dans le Bassin du Midi, soit rester là la nuit, ce qui est loin d’être la plus mauvaise solution, à condition d’avoir un peu d’eau dans les réservoirs. Le coin est charmant, gratuit, et évite d’avoir à attendre la levée des ponts si l’on veut s’en aller.

     
Texte & photos : © JF Macaigne
 
[Accueil][Sommaire][Reportages][Caraïbes][Europe][Méditérannée][Océan Indien][Plan du site]