Exoti.com (Accueil)
sp sp sp sp sp sp sp
Reportages Sommaire Reservez News Coups_de_cœur contact sp

Un tour en Frise
 JF Macaigne

Woudsend - Heeg/Sneek - Grou - Alde Feanen - Joure - Lemmer - Sloten - Stavoren
 
Toutes les vignettes de la page donnent accès au diaporama de ce reportage
 
 

Âlde Feanen, la Frise à l’état nature
Nous pénétrons alors dans la zone des marais. C’est une multitude de petits étangs de toutes tailles, reliés entre eux par des canaux parfois minuscules où il est pratiquement impossible de se croiser sans s’arrêter dans les roseaux en espérant qu’il y ait assez de fond. Avec notre Clipper et son mètre de tirant d’eau, je détaille la carte à la loupe avant de me lancer dans l’aventure, mais le résultat en vaut la peine. Nous traversons des paysages sauvages qui semblent inexplorés, peuplés de foulques et de grèbes huppées qui surgissent de buissons touffus de fleurs roses. Un régal. De chaque côté du bateau, c’est un fouillis végétal, une composition impressionniste de roseaux roses qui s’écarte à notre passage, et enfin un petit lac désert où un planchiste solitaire rêve en contemplant ce petit paradis.
Nous tournons et tournons dans ce lacis, et réalisons bien plus tard qu’il serait sage de s’arrêter, vu l’heure. Les pontons Marrekrite sont en nombre par ici, et nous n’avons aucun mal à trouver notre bonheur, dans une île au beau milieu de nulle part, avec pour voisin un ravissant petit remorqueur restauré. Il était temps. Le coucher de soleil transforme le ciel et l’eau en cuivre rose, les oiseaux se taisent, admiratifs vraisemblablement, et la paix tombe comme une chape sur les étangs.
Le lendemain matin, à 6h30, je suis debout en essayant de décrypter ce que je vois devant moi. Terre ? Etang ? C’est difficile tant la brume, rosée par le soleil naissant, enrobe tout d’un voile gazeux. Rien ne bouge, pas même un souffle de vent pour rider l’eau. Nous sommes à l’intérieur d’un nuage. Lorsqu’il se lève, deux heures plus tard, nous réalisons que tous les bateaux du ponton sont partis, sauf un, à l’autre bout. Sans bruit. Sans déranger. C’est lundi, et c’est l’heure du boulot… Un skûtsje solitaire passe en teuf-teufant. Les canards viennent quémander leur part du petit-déjeuner. La ville paraît tellement loin, un peu comme si nous étions de l’autre côté du monde.

 

 
   Back

Ce reportage nous a été possible grâce à Thalys et à LeBoat. Merci à eux pour leur gentillesse et leur sérieux.
Texte & photos : © JF Macaigne

Cet article est paru dans le magazine FLUVIAL n°224, en août 2012.
Vous pouvez l'obtenir en cliquant ici