Exoti.com (Accueil)
sp sp sp sp sp sp sp
Reportages Sommaire Reservez News Coups_de_cœur contact sp

Un tour en Frise
 JF Macaigne

Woudsend - Heeg/Sneek - Grou - Alde Feanen - Joure - Lemmer - Sloten - Stavoren
 
Toutes les vignettes de la page donnent accès au diaporama de ce reportage
 
 

La légende de la veuve de Stavoren
Stavoren était déjà au IXe siècle un port de pêche et de commerce. Il fut longtemps l’un des ports les plus importants d’Europe, capitale des rois de Frise, et ville de la Ligue Hanséatique. Son déclin est lié à une légende symbolisée par une statue de bronze sur le port, à côté de l’écluse. Une riche veuve de Stavoren demanda à l’un de ses capitaines épris d’elle de lui ramener ce qu’il trouverait de plus précieux au monde s’il voulait l’épouser. Lorsqu’il revint, les cales de ses navires remplis de blé, à ses yeux le bien le plus précieux au monde car il faisait manger les hommes, elle fit verser le blé dans le port par dépit. A partir de ce jour, le port s’ensabla, les navires ne puirent plus entrer au port, et Stavoren périclita.
Je ne sais pas si la légende est vrai mais elle est belle, et Stavoren est redevenu de nos jours un petit port où les grandes barques hollandaises gréées avec deux et même trois mâts embarquent des jeunes de tous horizons pour l’apprentissage de la navigation. C’est un spectacle hors du commun et une vision hors du temps, et le soir, les haubans qui bougent avec le vent font rêver aux temps anciens des grands voiliers. La ville est paisible et vit principalement au rythme du tourisme. Les jardins sont l’objet de soins les plus attentifs – on peut atteindre des sommets –, les maisonnettes de briques rouges font la haie autour du canal central, et dans le port de plaisance, les plus beaux bateaux rivalisent d’élégance.

 

Sur la digue, les moutons travaillent, là aussi à l’entretien, et au vu de l’herbe bien grasse, le travail ne semble pas au-dessus de leurs forces. C’est la fin du voyage. La Frise n’est pas hollandaise, disent certains. On pourrait dire au contraire qu’elle l’est trop. Mais qui s’en plaint ? Surtout pas nous.

 


*350m sur 350m (source : gaasterland tourist information)

 

 
   Back

Ce reportage nous a été possible grâce à Thalys et à LeBoat. Merci à eux pour leur gentillesse et leur sérieux.
Texte & photos : © JF Macaigne

Cet article est paru dans le magazine FLUVIAL n°224, en août 2012.
Vous pouvez l'obtenir en cliquant ici